Les politiques publiques en santé, produit de l’ignorance et des intérêts privés

 Untitled

Nous avons un système de santé universel, un système où nous voulons que les soins offerts soient les mêmes pour tous, selon leurs besoins de santé et non selon la capacité de payer des patients. Ces systèmes sont, depuis plusieurs décennies, reconnus comme les meilleurs et voici pourquoi:

(1) Ils permettent d’obtenir, les meilleurs résultats de santé au niveau de la population. Ce sont dans les sociétés qui offrent une couverture sociale pour tous, soit un système d’éducation, un système de santé universel et un système d’assurance emploi que l’on retrouve les meilleurs indicateurs de santé. Ces systèmes de couverture sont aussi au coeur même du fonctionnement démocratique où l’on reconnait à chaque vie le même pouvoir et les même droits.

(2) Offrir un même accès aux soins pour tous, est l’expression même de la dignité. C’est l’endroit où chaque personne, indépendamment de sa condition sociale, économique, sera considérée comme un être humain à part entière, sans une moins grande valeur que son voisin parce que son revenu est plus faible. C’est l’expression même d’un des fondements de la charte de droits et liberté du Québec: «Considérant que tous les êtres humains sont égaux en valeur et en dignité et ont droit à une égale protection de la loi».

(3) Quand notre santé est menacée, quand nous sommes malades, nous n’avons pas à nous soucier de notre capacité de nous offrir les soins. Regardons aux États-Unis, au Chili, quand les gens sont malades, non seulement ils sont inquiets pour leur santé, mais ils sont aussi inquiets des arbitrages qu’ils devront faire entre avoir accès aux soins ou hypothéquer leur maison, mettre en péril les acquis familiaux.

(4) Ils permettent une redistribution sociale des gens en santé et productifs, vers les gens malades. Ce qui est aussi, en plus de l’assurance collective, une forme d’assurance individuelle, sachant que chacun d’entre nous finira par hanter les couloirs des hôpitaux, vieillissement oblige. Et là, sans avoir eu besoin de prévoir économiser pour les soins de santé tout au long de sa vie, il est possible de consulter et d’avoir les mêmes soins que tout le monde.

Les frais afférents sont inacceptables pour différentes raisons:

(1) Ils créent des inégalités d’accès selon la capacité de payer. Et comme les soins offerts au privé sont, selon ce que le ministre propose, différents de ce qui est couvert dans le public, on crée un accès à des soins de meilleure qualité pour ceux qui en auront les sous. Concrètement, si vous n’avez pas les moyens de payer, on offrira le tube rigide plutôt que le tube souple pour votre conoloscopie et l’anesthésie générale plutôt que locale pour l’insertion des tubes dans les oreilles de vos enfants.

(2) Offrir des services payants en clinique privée revient à détourner les fonds publics pour soutenir les soins payants. Les médecins qui travaillent en clinique privée sont les mêmes que ceux qui travaillent à l’hôpital. Leur salaire est payé collectivement, par la RAMQ, indépendamment du lieu où ils pratiquent. En fait, ils reçoivent même un peu plus pour payer les frais de cabinet privé. Pourquoi devrions collectivement subventionner l’offre de soins privés alors que seulement la partie la mieux nantie de la population y aura accès? De plus, dans un contexte où l’accès aux soins est déjà un problème, comment peut-on accepter que la régulation de l’offre professionnelle se fasse selon ce que désirent les médecins et non selon le besoin de santé de la population?

(3) les systèmes construits sur plusieurs systèmes d’assurances, où couverture publique et privées se cotoyent, n’arrivent pas à mettre en place un système universel, même s’ils le désirent, le pouvoir de lobbying des intérêts privés étant trop puissant. Ici on crée une brèche où les nouvelles technologies ne seront plus couvertes que dans le privé, ce qui crée à terme, effectivement un système à plusieurs vitesses: les soins de base seront couverts dans un système public qui devra se battre pour trouver des médecins qui accepteront d’y travailler, et les soins de pointe seront offerts dans des cliniques privées sachant qu’une partie de la population n’y aura tout simplement pas accès, et que nous devrons couvrir par le biais d’une assurance privée.

Actuellement le gouvernement coupe largement dans tous les programmes publics en faisant l’argument que nous n’avons plus les moyens de nos programmes, que nous ne pouvons plus offrir de meilleurs soins dans le système public. C’est un mensonge. Il ne s’agit que de choix d’allocation des ressources: par exemple, le budget de la santé publique a été amputé de 30% en 2015 alors qu’il ne constituait que 2% des dépenses de santé, alors que la même année, le gouvernement a accordé de nouvelles augmentations de rémunération aux médecins. Pourtant celle-ci avait déjà augmenté de 7.3%/an en moyenne, depuis 10 ans. Alors que les effets positifs de la santé publique sont, encore une fois, internationalement reconnus au niveau scientifique, les effets d’une augmentation de la rémunération des médecins sont beaucoup moins évidents… Comment expliquer ces choix si ce n’est par l’idéologie politique et les pressions des groupes d’intérêt?

Il n’existe aucune ambiguïté au niveau scientifique sur la supériorité du système universel et gratuit. Accepter de créer une brèche dans notre système universel, c’est aller contre l’évidence scientifique, c’est la victoire de l’ignorance et des intérêts privés de groupes organisés contre le bien public. Nous assistons aujourd’hui, en laissant faire, à la mise à mort de notre système de santé public universel. Le sabotage systématique, par notre gouvernement, de nos programmes publics qui sont la reconnaissance de l’égale valeur des vies humaines est une attaque profonde aux fondements de notre système démocratique.

Cartoon: https://www.cartoonstock.com/directory/w/wealty.asp and Getty Images

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s